Réalité Objective, critique constructive et Adaptabilité

Réalité Objective, critique constructive et Adaptabilité

Illustration article Nathalie Vallet et Sylvie Condesse 

La sophrologie s’axe autour de trois Principes : Schéma Corporel, Pensée et Action Positives, Réalité Objective. De là, découle un quatrième principe : celui d’Adaptabilité.

Parlons aujourd’hui de ces deux derniers.

 

Qu’est-ce que la Réalité Objective ?

Nous percevons tous le monde, les relations, les faits à travers divers "filtres" (culturels, personnels, affectifs…), cependant un consensus nous réunit : "l’animal que nous voyons est un chat". C’est simple lorsqu’il s’agit d’identifier un élément, mais lorsque nous passons au registre des évènements, des relations, cela devient plus subtil ! Plus la réaction émotionnelle est forte, plus elle suscite adhésion ou rejet, avec une part d’identification aux faits. La démarche sophrologique nous permet de nous placer en observateur plus neutre, à la fois par rapport à ce qui survient, comme vis-à-vis de nos émotions. Il s’agit simplement de désamorcer les remous émotionnels (surtout s’ils sont houleux !) pour aborder les faits d’un œil plus serein. C’est le cheminement vers une perception dans la Réalité Objective.

Cet affinement dans notre relation à l’existence débouche sur l’Adaptabilité : une attitude naturellement plus souple, plus ouverte, plus confortable aussi. Ainsi, nous appréhendons de manière plus juste et plus paisible toute péripétie et savons y répondre de manière plus adéquate. En accord avec le mouvement de la Vie !

En sophrologie nous travaillons d’abord sur la réalité de notre corps. La relaxation dynamique permet d’intégrer notre schéma corporel. Il s’agit de la perception de notre corporalité en tant que réalité dynamique. Le principe consiste à se poser la question : « qu’est ce que je sens ? » dans l’instant présent, dans l’accueil, sans analyse et sans jugement. Ensuite au cours de la progression sophrologique de nombreux exercices, accompagneront notre progression vers la réalité objective.

Les exercices sur les 5 sens notamment, correspondent à la perception du monde qui nous entoure et de ce qu’il nous donne à vivre. D’autres exercices se fondent sur les capacités, sur les valeurs : ils nous permettent de prendre du recul dans l’observation détachée, pour nourrir notre conscience de qui nous sommes dans nos réactions et nos comportements.

Nous souhaitons aborder l’angle de la "critique" : comment la percevoir avec objectivité et l’inclure dans une dynamique positive, constructive à travers l’Adaptabilité ?

Nous aimerions différencier deux sortes de "critiques".

Celle animée par la malveillance ou d’autres motifs peu louables : "Dans la vie il y a des cactus" ! Et les avis, questions, qui peuvent éventuellement, dans un premier temps, nous déstabiliser dans nos conceptions initiales. Par souci de clarté, pour le premier cas nous utiliserons le mot "critique", dans le second : des synonymes d’"opinion".

La critique désobligeante nous invite à une harmonisation de nos émotions. C’est son unique intérêt !

La question ou l’opinion, nécessitent d’être perçues dans une réalité objective et nous proposent souvent d’aller vers une plus grande ouverture, avec flexibilité et ainsi d’améliorer des éléments dans nos pratiques ou d’élargir, de diversifier nos points de vue.

La sophrologie nous enseigne à nous extraire du jugement et particulièrement d’un jugement négatif, arbitraire et stérile. Elle nous permet de prendre conscience d’où vient ce jugement en nous, de comprendre qu’il nous appartient, qu’il parle de nous en quelque sorte.

Dans notre société, donner son avis est souvent synonyme de dire ce qu’il ne va pas ou ce qui est à modifier. Vous pouvez faire le test, écrivez un texte ou un courrier et demandez à un ami de vous donner son avis, il est possible que vous receviez plus de critiques que de compliments. Ce jugement sera potentiellement mal perçu, alors qu’il est proposé comme une aide bienveillante. L’ami donne une opinion qui peut être interprétée comme une réelle critique. Nous avons déjà tous vécu cela, n’est-ce pas ? Notre capacité à prendre en compte notre réalité objective nous conduira sans doute à percevoir que nous avions sollicité son opinion et nous la recevons, tout simplement.

Pourquoi manque-t-on parfois de perception objective puis d’adaptabilité lorsque surviennent des questionnements ou des avis différents ?

Le manque de confiance en soi peut amener à se "crisper" sur l’aspect rassurant des certitudes.

L’égo (pris au sens large : ce qui en nous réagit et se hérisse, cherche à se valoriser, à se défendre, ou a goût pour le pouvoir) se cristallise sur cette confiance en soi défaillante. Il débouche alors souvent sur une "susceptibilité" douloureuse, basée sur le mode réactionnel. On en vient alors à s’égratigner soi-même puis à projeter du réactionnel parfois toxique pour autrui… Cela peut aller jusqu’à des mini-paranoïas… Ce processus nuit à soi, à l’autre (aux autres) et participe à une dynamique de "spirale descendante" !

Cela conduit à un éloignement radical du Principe de Pensée et d’Action positive.

Rectifions la tendance, inversons-la : pour notre bien-être et celui de tous !

En sophrologie, l’apprentissage progressif de la valorisation du positif, nous éloignera régulièrement de la critique négative vers une appréciation plus honnête des points positifs, des incompréhensions et éventuellement des propositions d’amélioration.

La pratique de la sophrologie vécue avec authenticité, nous conduit vers l’apaisement heureux des émotions et nous permet d’accéder aux bienfaits et aux ouvertures qu’apportent des opinions différentes des nôtres. Il ne s’agit pas d’adhérer en bloc, mais d’inclure ou de prendre en compte ce qui est nous est offert. La progression sophrologique conduit à la sérénité dans une fine conscience de soi. Afin de progresser dans notre réalité objective et d’accueillir celle des autres en toute simplicité. Cela va nous apporter des éléments fructueux et élargira nos horizons avec bonheur ! Nos relations interpersonnelles en seront améliorées et y gagneront en plaisir, fluidité et qualité !

La sophrologie rejoint dans ces aspects la théorie Rogérienne et d’autres méthodes qui enseignent la communication interpersonnelle honnête et sereine. Nous cheminons vers l’objectif d’être bien avec soi-même pour nous sentir bien avec les autres…

 

 

« Pour obtenir la paix, nous devons être en paix. Si nous souhaitons changer le monde, nous devons commencer par nous changer nous-mêmes et éveiller cette partie éternelle en nous en laquelle réside la paix. Grâce a la paix intérieure comme guide et standard pour toutes nos actions, nous transformons notre mode de vie en un mode de vie qui contribue à construire une paix durable dans un monde tourmenté. » Thich Nhat Hahn

 

Présentation des auteures :

Sylvie Condesse et Nathalie Vallet sont deux sophrologues issues de formations différentes, de belle qualité.

Nous avons évolué et enrichi différemment nos pratiques, nous aimons travailler en collaboration, vivant pleinement la concordance et nous nourrissant de notre complémentarité.

sophrologie schéma corporel pensée action réalité positif adaptabilité paix relaxation détente

Ajouter un commentaire

Sylvie Condesse - Sophrologue - N° de SIRET : 824 948 384 00014

"Vivre la Présence à Soi" - N° de SIREN : 824 948 384

Site web développé et géré par Flore Scalbert